Conseil de lecture #4

 

Conseil de lecture
#4

 

L’automne semble s’atteler à rappeler ce sempiternel Covid-19 pour venir secouer nos vacances de Noël.

Fort heureusement, les livres sont tel un refuge dans lesquels se perdrent, réconfortant nos âmes fagituées par deux années entre port du masque et confinements, pass sanitaire et télétravail. 

Si vous aussi, vous en avez ras la casquette, le mieux à faire reste de profiter de l’automne, en balade évidemment, mais également au chaud, à l’aide de quelques bûches dans la cheminée, et d’entendre le doux craquellement du bois sous la chaleur du feu, pour partir à la découverte de quatre ouvrages que le Conseil de lecture vous propose.  

 

 


La CANTINE DE MINUIT

éditions Le lézard noir

– Manga –

Par le petit bout de la lorgnette interlope de Yarô Abe, c’est tout un pan de la société japonaise qui s’expose. Dans une gargotte, ouverte de minuit à sept heures du matin, du quartier tokyoïte de Shinjiku, les âmes égarées se retrouvent autour d’une soupe, voire d’un plat préparé spécialement par le patron, et surtout de saké avec lesquels les délicieux et amers souvenirs du passé reviennent à la surface du présent. Salary man dans la solitude, strispeaseuse et yakusas et bien d’autres invités de passage forgent une galerie de personnages échancrés qui, au fil des pages et des tomes, propose un manga au goût ‘umami’ qui ne vous laissera pas indifférent.


ZONE GRISE

éditions Flammarion

– Roman –

Loulou Robert, ce sont d’abord ces yeux, ce regard fait d’émeraudes cendrés qui vous transporte ailleurs, vers une altérité indomptable, vers un bonheur triste et magnétique. Sa beauté sera pourtant dévoyée par un malappris qui fera tournoyer son innoncence et tailladera son amour propre l’aune de la prise de conscience ces dernières années des violences psychologiques et physiques faites aux femmes. Ce n’est pas un livre “coup de poing” comme certains et certaines l’ont annoncé, mais bien une giffle ; une giffle à soi-même d’abord, pour conjurer un mal qui a trop longtemps duré, une giffle encore, tel un repoussoir que l’on aurait aimé trouvé au moment où il le fallait, et une giffle enfin,  comme le témoignage endolori d’un mirage des sentiments. En somme, un appel à savoir aimer.   


PARFUM, DE L’ESSENCE AU FLACON

éditions EPA / Gestalten

– Beau Livre –

Le sens olfactif est peut être le dernier des sens à pouvoir encore nous permettre de découvrir des zones inexplorées de nos sentiments et de notre inconscience. Cet ouvrage se veut bien évidemment beaucoup plus généraliste pour revenir sur la vie d’un parfum avec ci et là des notions rarement mis en exergue, telle la relation du parfum avec l’art (et plus particulièrement avec une scénorgraphie olfactive). Très bien illustré, bénificiant d’une belle maquette, il s’agit d’un livre inévitable pour les amoureux de fragrances, mais aussi pour celles et ceux qui veulent picorer par l’entremise de portraits, de sujets quasi journalistiques ou historiques.


ON VA DEGUSTER L’ITALIE

éditions Marabout

– Roman –

Parce que tout se termine toujours avec des biscuits du vin (expression italienne ‘Tutto finisce a tarallucci e vino‘), autant conclure cette sélection avec une encyclopédie de la cuisine italienne, une immense caverne gastronomique d’Ali Baba pour tout amateur de la botte. Toutes les spécialités, tous les territoires, toutes les saveurs sont expliqués, croqués, illustrés et mis en lumière de la plus appétissante manière qu’il soit. On lit ce géant livre par petit bout, on rebondit d’une page à l’autre pour saliver devant des farandoles de produits issus de riches terroirs. Un guide éclairé à utiliser sans modération (à part si vous êtes au régime).

 

Belle fin d’automne !

 
 

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!

Partager